Un espoir dans l'arène


Drôle d'impression. Celle d'entendre des maquettes majestueuses, chantées à la perfection et mises idéalement en musique, sur des paroles bidon. Juliette Armanet a tout pour elle, la voix, l'aisance, le sens de l'aventure, le génie (le mot n'est pas trop fort) de la composition – bien qu'hyper référencé, l'art de l'emballage... L'aura aussi. Il suffit de la voir à son piano pour lui trouver toutes les qualités de l'artiste majuscule. Sauf que ses textes, pour la plupart, étonnent par la faiblesse des rîmes, l'étroitesse du propos. Impossible de ne pas penser que le premier auteur venu aurait pu les signer. Alors bien sûr, une bonne chanson, c'est l'osmose des mots, des notes et de l'interprétation. Bien sûr, ce qui compte souvent dans la «pop», c'est la voix et la musique, quand, mêlées l'une à l'autre, elles font jaillir l'émotion. Mais Bécaud, Christophe, Polnareff, Dutronc, Clerc ou Bashung se sont toujours entourés de paroliers haut de gamme (Amade, Delanoë, Vidalin, Aznavour, Lanzman, Bergman, Roda-Gil, Dabadie, Dréau, Fauque ou McNeil), qui sont aussi les piliers de leurs Œuvres. Tout comme Étienne Daho, chanteur pop s'il en est, n'a jamais manqué de ciseler ses textes, qu'ils soient profonds ou ne visent que l'épiderme des choses. Le poids des mots. Qui garantie l'éternité. Après s'être, à l'en croire, immergée dans l'univers de Véronique Sanson (qui d'ailleurs s'est déclarée très fière de Juliette – à quel titre ? C'est sa mère ?) et celui de Michel Berger, il lui reste désormais à se plonger dans l'indépassable poésie de Barbara. Ça tombe bien, c'est son année. Disques, expo, spectacles vont remettre la Dame au sommet. Ainsi que ses mélodies, splendides, indémodables.

Baptiste Vignol

Chanteurs pour dames


«Je n'sais pas trop c'qu'en pense ma femme / Mais j'voudrais être chanteur pour dames»… Dans un monde normal, Vianney, Pokora et Julien Doré se feraient du souci car le garçon qui se confesse ici possède sans forcer le talent des trois playboys réunis. Pourtant, même s'il doit prendre patience («Je suis chanteur à mi temps / En attendant l'heure du succès», constate-t-il), Lafayette – et c'est là que le bât blesse la chanson française – ne jouit pas du centième de l'attention médiatique dont on tartine ses confrères. Un peu comme si, à l'époque, Adamo n'avait jamais du quitter l'ombre d'Alain Barrière, Alain Souchon celle de Ringo, comme si Étienne Daho avait du rester à vie derrière Jean-Luc Lahaye ou Benjamin Biolay être condamné à faire les chœurs de Patrick Fiori. Le succès quand même, cette chimère. Il n'en reste pas moins tragique de voir à quel point des types aussi riches et brillants que Séverin, Arman Méliès, Ludéal, Baptiste W Hamon, Alister ou Frédéric Lafayette (qui sort une nouvelle version de son premier album, auréolée de titres inédits, dont Chanteur pour dames, cette complainte néo-réaliste) demeurent soigneusement tenus éloignés des oreilles du pays. Que de chansons perdues, de disques avortés, de carrières qui patinent alors qu'ils devraient faire tourner à plein régime le réacteur central des Variétés. Qu'écouteront nos enfants ? La question devient essentielle.

Baptiste Vignol