Qu'est devenue Patti Layne?


Qu’est devenue Patti Layne, qui chantait en 1982 Une espèce de canadienne ? Elle en qui Didier Barbelivien trouva sa plus belle interprète. A-t-elle épousé un homme d’affaire brésilien ? Ouvert un hôtel aux Maldives ? Tourné galeriste à Shangaï ? Repris une librairie à Londres ? L’accent nord-américain, les yeux noisette et l’air mutin, elle portait au coin des lèvres un grain de beauté sur lequel nous rêvâmes par milliers pouvoir déposer un bec.
Patti prend-elle, au moment où s’écrivent ces lignes, le thé chez Juliette & Chocolat (3600 Saint-Laurent, coin Prince-Arthur, Montréal) avec Corynne Charby - pour qui le chanteur Christophe écrivit Boule de Flipper (#19 en octobre 86), Louise Féron - dont Jean-Louis Murat enregistra l’admirable Tomber sous le charme (1988) - et Graziella de Michele, qui n’endosse plus depuis longtemps l’indémodable Pull over blanc (#3 en juin 87) ? L’idéal serait évidemment que Caroline Grimm (La vie sans toi, #28 en août 86) se joigne à elles. Et que Marie Audigier les retrouve (redécouvrir le 6 titres L’ORAGE, 1990).
À cette époque, les chanteuses d’une saison ne s’épilaient pas les sourcils, se passaient la main dans les cheveux, évitaient de les rebelles de service... mais chantaient pour plaire aux garçons.
Pas sûr que d’ici vingt-cinq ans, la jeunesse 2010 se prenne de nostalgie pour Zaz et sa petite comédie.

Baptiste Vignol

Pays d'amour


Comment les chansons naissent-elles dans la tête de leurs auteurs? Marcel Amont avait publié au Seuil, en 1994, un bel essai sur la question: Une chanson, qu'y a-t-il à l'intérieur d'une chanson ? Tous les sujets peuvent être abordés, même les plus inchantables, ou les moins convenables, les circonstances du moment constituant un terreau fort usité par les meilleurs chansonniers. Là où un Michel Sardou passerait en force, ne faisant pas dans la dentelle, mais allant vite à l'essentiel, car l'essentiel, c'est l'audience (Le France, Les Ricains, Je suis pour, etc.), Alain Souchon, lui, miserait plutôt sur la finesse, la sensibilité de son public, évitant coûte que coûte le cliché, ce qui n'est pas gage d'insuccès (Poulailler's song, Foule sentimentale, C'est déjà ça). Question de tempérament. Plus "souchonnante" que "sardonique", Jeanne Cherhal a consacré l'une de ses récentes compositions au thème de la garde à vue. On ne l'attendait pas spécialement sur ce terrain-là. Comment lui est venue l'idée ? En écoutant, paraît-il, un témoignage diffusé dans l'émission de Daniel Mermet, Là-bas si j'y suis sur France Inter. "Je vis dans un pays d'amour/ Tous les matins au petit jour/ Le service d'ordre est renforcé..." constate-t-elle sur un air entêtant. Cette chanson, Pays d'amour, se trouve aujourd'hui plus que jamais dans les phares de l'actualité, la garde à vue ayant été mise à l'index, fin juillet 2010, par le Conseil constitutionnel. Qui a dit que les chanteurs populaires sentaient souvent le vent tourner?

Baptiste Vignol

À regarder:
Pays d'amour